Tartelette-Fruit


La Vanille

Vanille Bourbon

La vanille fait partie de la famille des Orchidacée.

Parmi de très nombreuses espèces du genre Vanilla, seules les espèces V.fragrans, V.pompona et V.tahitensis seront le plus généralement cultivées .

La liane de vanille est composée d'une tige semi-rigide et ferme, de forme cylindrique, de feuilles vertes brillantes et oblongues, de racines terrestres pour son alimentation ainsi que de racines adventives pour s'accrocher à son tuteur afin de croître.

Le vanillier est une plante tropicale qui demande un climat chaud et humide. Les températures les plus uniformes possibles lui sont nécessaires. Il craint le froid et les fortes chaleurs.

Bien que quelques semaines de sècheresse soient favorables à l'induction florale ainsi qu'à la maturité des gousses, des pluies abondantes et régulières sont nécessaires à la plante. Une hygrométrie élevée est très favorable à sa croissance.

La Vanille

Un ombrage léger offrira des conditions de lumière optimales au développement des plants de vanille.

Pour ses besoins importants en eau, le vanillier pousse bien sur des sols légers et bien drainants.

C'est avec des boutures de 1,5 m de long disposées au sol sur 3 à 4 nœuds et redressées ensuite contre le tuteur vivant que sont réalisées les plantations de vanille dès la fin de la saison sèche.

Après la reprise, la croissance est rapide et peut aller jusqu'à 1,2 m/mois.

Dès que la liane le permet, le cultivateur réalise des «bouclages» de celle-ci en ramenant délicatement au sol un tronçon de 3 à 4 nœuds préalablement préparés pour cette opération. La partie en contact avec le sol est recouverte de débris végétaux secs.

Les tuteurs sont taillés régulièrement de manière à conserver un ombrage sur les lianes.

Ce n'est qu'après la deuxième année de végétation que l'on peut favoriser une induction florale en pinçant l'apex terminal dit le «cœur» et/ou en provoquant un stress hydrique sur les pieds de vanille par une taille importante des tuteurs.

Sur la floraison qui en résulte on aperçoit les boutons floraux 2 à 3 mois plus tard et celle-ci dure généralement deux à trois mois.

Ainsi, à maturité, les fleurs sont fécondées manuellement une à une à l'aide d'une épine ou d'une aiguille.

Une ouvrière expérimentée pourra féconder jusqu'à 1.500 fleurs sur une matinée.

Toutes les fleurs sont fécondées, mais on éliminera les gousses les plus faibles et difformes de manière à conserver un maximum de 8 à 10 gousses par plant.

Ces avortements se feront au bénéfice des gousses sélectionnées sur l'inflorescence en améliorant leur développement et donc leur qualité finale.

Deux mois suffiront pour que la gousse atteigne sa taille «adulte» mais il faudra 7 mois supplémentaires pour développer sa maturité ainsi que ses composants aromatiques.

Pour obtenir de la vanille de premier choix, il est important de récolter les gousses à maturité et idéalement non-fendue.

A raison d'un passage par semaine, 10 à 12 passages sont nécessaires pour récolter la vanille verte d'une parcelle.

A Madagascar, on plante la vanille dès octobre, après les deux premières années de croissance. On favorise l'induction florale en juillet-août et les premières fleurs apparaissent en septembre et jusqu'en janvier.

On observe très souvent un pic de floraison en novembre. La maturité des gousses est généralement atteinte à partir de mi-juillet de l'année suivante.

Même si l'on observe souvent à Madagascar des vanilleraies de sous-bois, les tuteurs les plus utilisés sont le Gliricidia maculata H.B. et le Jatropha curcas L.

La vanille est originaire d'Amérique Centrale.

Elle était déjà utilisée par les Aztèques avant la découverte du nouveau monde, pour aromatiser leur chocolat.

Ce n'est qu'au début du XIX siècle que des plants de vanille sont importés successivement à Java, à la Réunion alors appelée « Ile Bourbon », dès 1848 puis en 1866 aux Seychelles et à Maurice, en 1871 à Madagascar (où des planteurs réunionnais l'introduisent, sur l'Ile de Nosy Be au nord-ouest de l'Ile, dans le canal du Mozambique) ; elle arrive vingt ans plus tard aux Comores, à Tahiti, puis en Ouganda et à Ceylan en 1912.

Alors qu'au Mexique, la fleur se fécondait grâce à une abeille du genre Melipones sans intervention humaine, ce ne fut pas le cas sur les autres continents, où l'abeille n'était pas endémique.

Ce n'est qu'en 1841, alors que plusieurs tentatives de fécondations artificielles de la fleur de vanille avaient été faites, notamment au jardin botanique de Liège en 1836 puis en France en 1837, qu'un jeune esclave réunionnais âgé de 12 ans, nommé Edmond Albius, découvrit le procédé de fécondation manuel de la vanille, procédé encore utilisé de nos jours.

Cette découverte contribua de façon déterminante à l'essor de la culture sous d'autres horizons.

La plante prendra son envol sur la côte-est dans les régions d'Antalaha et de Sambava, le climat chaud et humide étant favorable au développement de la plante.

L'engouement est exponentiel, et en 1919, Madagascar produira plus de 1.000 tonnes de vanille soit plus de 10 fois la production de la Réunion à cette époque.

Aujourd'hui, la vanille est cultivée naturellement à Madagascar, mais aussi à la Réunion, aux Comores en Ouganda, en Indonésie, en Papouasie Nouvelle Guinée, en Inde, en Polynésie française.

Certains auteurs la considèrent aussi comme naturellement présente en Floride et dans certains états du nord de l'Amérique du Sud.

A Madagascar, selon les derniers recensements, on cultive la vanille sur près de 64.000 ha. Cette surface est répartie sur 10 régions de la grande Ile. Plus de 80.000 planteurs, 6.000 préparateurs et 33 exportateurs, constituent les principaux acteurs de la filière.

La région SAVA se trouve dans le nord-est de Madagascar ; elle représente en surface plus de la moitié de la province d'Antsiranana à laquelle elle est administrativement rattachée.

Cette région est limitée à l'Est par l'Océan Indien, au Nord par la sous-préfecture d'Antsiranana II, à l'Ouest par les sous-préfectures d'Ambilobe et de Bealalana et au Sud par les confins de la Province Autonome de Tamatave et de la baie d'Antongil.

Elle regroupe les préfectures de Sambava, Antalaha, Vohemar et Andapa : S.A.V.A. Là, on la retrouve depuis le niveau de la mer, jusqu'à 700 m d'altitude

Vanille GousseSon goût nous plonge dans l'enfance, son parfum dans l'adolescence...

La vanille envoute nos papilles et sait aussi nous faire du bien : elle régule l'appétit, lutte contre les méfaits du temps et nous aide à mieux digérer.

Incontournable dans nos desserts les plus gourmands, omniprésente en parfumerie, la vanille possède des vertus insoupçonnées.

Zoom sur une épice qui, depuis des millénaires, a su séduire toutes les civilisations, et qui renferme une multitude de bienfaits !

La vanille est avant tout une épice, c'est le fruit d'une plante appelée orchidée.

Elle était déjà utilisée du temps des Aztèques qui la savouraient avec du cacao et du miel et sera redécouverte par les Espagnols au XVIe siècle.

Aujourd'hui, la vanille est produite en grande quantité, 2000 tonnes par an et elle est essentiellement cultivée à Madagascar, en Indonésie, à la Réunion et à Tahiti.

Délicieuse dans les gâteaux et les yaourts, des études scientifiques ont pu démontrer les nombreuses vertus de la vanille.

Elle aurait notamment des effets antioxydants mais surtout, la vanille est un allié pour les intestins délicats.

Elle facilite notamment la digestion et permet également de réguler l'appétit.

Par ailleurs, reconnue pour stimuler le système nerveux, l'huile essentielle de vanille est préconisée en cas de dépression ou d'hystérie.

Elle aurait également des vertus pour lutter contre les rhumatismes, la mélancolie mais également en cas d'une baisse de la libido.

Du côté de la beauté, la vanille a également de nombreux atouts. Elle est purifiante, hydratante et nourrissante.

Il ne faut donc pas hésiter à choisir les produits de beauté qui en contiennent !

Enfin, la vanille peut être consommée sous diverses formes: poudre, sirop ou infusions et recettes.

Quelques idées de recettes de cuisine à la Vanille

 

Monptiplat.fr

 La Vanille est le coeur de métier. de Nature Ile

La société, implantée à Tamatave, prés du cœur de production, s'attache, en tant que collecteur, à sélectionner les meilleurs produits, qu'ils conservent sur place, dans leur environnement avec un taux d'humidité qui leur convient, pour ne les approvisionner qu'en fonction de nos besoins.

Ainsi, les gousses de vanilles ne se dessèchent pas dans un stockage prolongé, dans un environnement qui ne leur est pas propice.

Ils servent leur vanille aux Professionnels de bouche, naturellement très exigeants pour leurs compositions gastronomiques (Restaurateurs, Pâtissiers, Chocolatiers...).

Cette exigence représente un atout pour les Particuliers qui leurs accordent également leur confiance.

Retrouvez Nature-Ile